Yves Fagniart

Exposition du 3 au 11 mai (sauf dimanche 5 mai) et séance de dédicaces le samedi 4 mai.
yves-fagniart-marais-1-2000
yves-fagniart-tetras-lyre-1-2000
yves-fagniart-chevrette-1-2000
yves-fagniart-biches-en-course-2000

Il y a mille façons d’approcher la nature. Yves Fagniart, l’approche, lui, comme un amoureux qui prend le temps d’une relation d’âme à âme. Lors de promenades solitaires, il se laisse surprendre par un arbre, un plan d’eau, une lumière, une atmosphère. C’est de ce regard émerveillé que naît son inspiration. Mais l’animal est ce qui l’attire avant tout et ce sont de longues observations, à l’affût, qui lui permettent d’entrer dans l’intimité d’un cerf, d’un renard, d’une espèce d’oiseau… pour capter des attitudes, des mouvements, des habitudes propres à l’espèce. A la précision presque scientifique de son regard, s’ajoute la sensibilité d’un poète qui se laisse émouvoir par ce que l’instant a de beau et d’unique… Pour ne rien perdre de la magie de cet accord, la rencontre se prolonge par la réalisation d’une aquarelle effectuée, le plus souvent, sur le lieu même de l’observation. 

Son amour de l’imprévu, source de poésie et de liberté, le peintre le retrouve dans la fluidité vivante de l’eau, le mélange spontané des pigments qui apporte vie à l’œuvre : « L’eau peint autant que l’artiste » dit-il. Les titres de deux livres qu’il a illustrés « Instants nature en Hainaut » et « Fragments de temps » parlent de sa volonté de saisir cette dimension éphémère et fragile d’une nature toujours en train à la fois de mourir et de se créer, de souligner des rythmes de vie délicats qui exigent respect et protection.

Toute l’œuvre de l’artiste est une invitation à aimer ces frères animaux et la terre qui les accueille, trop souvent menacés par notre indifférence. Tel est l’engagement de l’artiste.

A cette approche toute en sensibilité et émotion s’ajoute celle d’un naturaliste averti capable d’identifier de nombreuses espèces d’oiseaux, de déceler une présence animale avec des indices subtils qui échappent à la plupart d’entre nous, de voir là où nous ne voyons rien.

Ces qualités lui ont d’ailleurs permis, depuis 2005, d’être mandaté par les Nations Unies pour suivre l’évolution de plusieurs espèces d’oiseaux migrateurs et de leur environnement en Europe/Afrique. Dans le livre « La Barge à queue noire », est retracé ce travail sur « le voyage d’un oiseau en danger ».

 Son originalité artistique, combinée à une expérience pointue de terrain, dans sa région mais aussi dans divers pays d’Europe et d’Afrique, a contribué à la reconnaissance internationale d’Yves Fagniart dont les œuvres sont exposées régulièrement dans plusieurs pays et aussi primées dans divers concours artistiques centrés sur la nature.

Plusieurs revues comme « Pays du Nord », « Nest », « La Salamandre »… joignent à leurs articles des images de cet aquarelliste renommé.

Actuellement, il développe son envie de partager son savoir faire et les acquis de son expérience en milieu naturel, en organisant des stages d’aquarelles en extérieur, aussi bien en Belgique qu’à l’étranger.

Enfant, je passais de longues heures près de chez moi adossé à un vieux hêtre. Je me fondais le plus possible à celui-ci afin d’y observer ses habitants : sittelles, pics, buses et foule d’autres oiseaux… raconte Yves. C’est ainsi qu’autour de la passion d’un enfant, s’est organisée toute une vie et peut maintenant se transmettre toute la richesse d’un enchantement.